Nous avons 26 invités en ligne
 
Association Arkae
3 rue de Kerdévot
29500 Ergué-Gabéric
02 98 66 65 99
 

L'église Saint-Guinal à la fin du XVIIe

 
Différents documents, relatifs entre autres à Guy Autret de Missirien, permettent de reconstituer partiellement l’église paroissiale d’Ergué-Gabéric telle que l’on pouvait la connaître à la fin du XVIIe siècle :
 
En 1503, la tombe des seigneurs de Kerfors se trouve aussi « du cotté de l’epittre ». Il s’agit très probablement de l’enfeu (niche funéraire) qui subsiste aujourd’hui et qui porte les armoiries (cor de chasse dit greslier) des Kerfors.
En 1510, les seigneurs de Lezergué détenaient « armes et armoiries tant en ceintures, liziere (bande horizontale décorée de blasons), tombes, enfeu, avec aultres droicts et préminances. »
 
En 1634, Guy Autret fait reconnaître par les paroissiens le banc privatif des Lezerguéqui était sur leur tombe.
 
On trouve en 1652 la précision que ce « bang [se trouve] au cœur d’icelle esglise» et la tombe « au milieu du cœur de l’esglise parroissiale d’Ergué Gabellic. »
En 1638, lorsque Guy Autret achète le manoir de Kerfrez, il acquiert alors la tombe des seigneurs de Kerfrez dans l’église paroissiale, tombe qui est voisine de celle des seigneurs deCréac’h-congar, et lui échoient aussi les armoiries des seigneurs du Plessix, anciens seigneurs de Kerfrez, présentes à Saint-Guinal.
En 1647, il détient une tombe au milieu du chœur, et en plusieurs lieux apparaissent les armes de Lesergué, Kerfrez et Créac’h-congar, il a droit de bandeau funèbre (c’est-à-dire de voir à son enterrement l’église ornée de bandeaux noirs avec son blason), et lui incombent les armoiries de « Lesergué » - en fait des Coetanezre : de gueules à trois épées d’argent, garnies d’or, les pointes en bas, rangées en bande - qui figurent dans la maîtresse vitre, dans la chapelle Saint Guezennec (à gauche du chœur) et sur quatre autres vitres. La possession du manoir de Créac’hcongar lui permet de disposer d’une tombe et enfeu au haut du chœur de l’église.
 
Les deux retables datent du XVIIe siècle. Et l’orgue Dallam construit vers 1680 complète alors l’agencement connu de Saint-Guinal à l’aube du XVIIIe siècle.
 
Photo : la maîtresse-vitre, dans sa partie basse, date de 1515. François de Liziard et son épouse, qui vécurent entre 1481 et 1540, se sont faits représenter dans la vitre de la chapelle latérale sud.
Norbert Bernardkeleier arkae n°16 - janvier 2002.

 

Retour