Un nouveau Keleier sur les réquisitions

Keleier 112 couv 100 pxLe Keleier n° 112 d'Arkae est paru ces derniers jours. Après un bel édito, François Ac'h poursuit son enquête sur les réquisitions pendant la Seconde Guerre mondiale à Ergué-Gabéric. Au menu de ce dossier, trois nouveaux articles :
Le maire, le corps municipal et le syndic
Pierre Tanguy, agriculteur à Kerellou, a été élu maire d’Ergué-Gabéric à 38 ans, à l’issue des élections de 1929. Un second mandat lui est confié à la suite des élections municipales du 5 mai 1935. Mais en 1941, lorsque de nouvelles élections doivent avoir lieu, une loi décide que le maire sera nommé par le préfet...
1940-1945, le maire face aux réquisitions
Dès juillet 1940, le fonctionnement de la chaîne des commandements lors des réquisitions était établi. La Feldkommandantur décide, transmet au préfet, qui transmet lui-même au maire pour ce qui concerne la commune. Le maire, quant à lui, exécute...
1943, des réquisitions d'écoles
En juillet 1943, une unité allemande qui allait porter secours à Mussolini en Italie a été mise au repos dans les écoles privées du bourg d’Ergué-Gabéric et de Lestonan. S'en suivent plusieurs récits...
Pour obtenir le Keleier en version imprimée ou numérique (2 € le numéro hors adhésion), n'hésitez pas à nous écrire à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., ou à nous appeler au 02 98 66 65 99, ou à passer à notre permanence au 3, rue de Kerdévot à Ergué-Gabéric. 


Mois du breton : les histoires de Lanig Rouz rééditées

Lanig Rouz et ses frères WebIl y a 13 ans, Arkae faisait paraître un livre de Lanig Rouz : les Koñchennoù (Historiettes), où il raconte, avec talent et espièglerie, les histoires de son enfance dans le pays de Quimper entre les deux guerres. Lanig avait écrit ces petits récits dans sa langue maternelle, le breton cornouaillais, puis ses filles, Nicole et Marie-Christine, assistées par Arkae, les avaient traduits en français. 

Ce témoignage est rare pour deux raisons :
• Il enrichit notre connaissance de la vie rurale en Cornouaille dans les années 1920-1940.
• Il est le seul témoignage écrit dans le breton parlé en Basse-Cornouaille et est particulièrement riche en expressions du cru.

Depuis quelques années déjà, ce joli livre était épuisé. En 2020, Arkae a décidé de le rééditer dans une nouvelle version, gratuite et téléchargeable sur son nouveau site. Pour les textes en breton et la traduction, nous avons remis à contribution (en plein confinement !) Nicole et Marie-Christine Le Roux, qui ont révisé l'ensemble et nous ont confié de nouvelles images de Lanig. Cerise sur le kouign-amann à l'attention des néo-bretonnants, nous proposons aussi les Koñchennoù en breton standardisé avec des notes concernant les particularités du breton de la région de Quimper. Et voilà les Koñchennoù qui retrouvent leurs lettres de noblesse dans cette toute nouvelle édition numérique, à télécharger ici même :

→ Pour télécharger le livre : Koñchennoù, histoires vécues de mon enfance, édition 2020.
→ Pour obtenir la version en breton unifié.
Plus d'informations sur le livre.

Ci-contre : Lanig Rouz et ses frères.


La permanence réouvre

Bonne année 2021 ! Après une fermeture d'un mois et demi, Arkae se déconfine. Notre local vous accueille depuis le 4 janvier 2021 aux horaires habituels : du lundi au vendredi, de 9 h 15 à 12 h 45. Notez que nous sommes également disponibles par téléphone, à notre numéro habituel, et par email.


Conférence : l'histoire généalogique de Bretagne

Conférence présentée par Hervé Torchet

Samedi 8 février 2020, à 16 h
Salle Ti-Kreiz
Kroaz Spern, à Ergué-Gabéric
Entrée libre

L’historien Hervé Torchet, spécialiste des textes médiévaux de l’histoire de Bretagne vient de publier la grande oeuvre inédite de Guy Autret, seigneur de Missirien et de Lezergué (1599-1660) : L’histoire généalogique de Bretagne. Ce document essentiel pour l’héraldique bretonne et l’histoire des grandes familles nobles de Bretagne est un évènement dans le monde des historiens bretons. Hervé Torchet retracera la vie de Guy Autret, dans son manoir de Lezergué. Une vie consacrée à l’étude de l’histoire des grandes familles nobles de Bretagne. En relation constante avec Pierre D’hozier généalogiste à la cour du roi, il est considéré comme le père de la généalogie moderne en Bretagne. Il est également le pionnier des journalistes breton puisqu’il correspondait à la « Gazette de Renaudot », le premier journal édité en France. Hervé Torchet dans un second temps nous expliquera la méthode de Guy Autret pour recueillir l’histoire des grandes familles. Il prendra exemple sur les familles nobles qui ont marqué l’histoire de la Cornouaille et celle d’Ergué-Gabéric les Autret, Coatanezre, Treanna et La Marche dont les blasons ornent l’église paroissiale et la chapelle de Kerdevot. « Voici donc tout le contraire d’un Montaigne (son contemporain) retranché dans sa tour d’ivoire et abîmé dans la contemplation. Guy Autret de Missirien fut un personnage ardent, engagé dans le siècle, combatif, témoin et acteur de l’actualité » (Hervé Torchet, Missirien, la double vie littéraire de Guy Autret, éditions La Pérenne, p. 8). 


Pascal Rode édite une méthode de bombarde

Ce mercredi 5 août 2020, Pascal Rode dédicacera son nouveau livre, La bombarde... j'adore !!!, au marché de Kerdévot. L’auteur gabéricois sera présent sur le stand d'Arkae de 17 h à 19 h. 

livre bombardeTalabarder aguerri et professeur au conservatoire de Quimper, Pascal Rode offre ici une belle introduction à la bombarde, associant connaissance et pratique. Loin d'être une pure méthode instrumentale, ce livre raconte en effet toute une histoire : comment la bombarde a évolué, depuis ses origines (4000 ans avant notre ère) jusqu'à son usage actuel à travers le monde. Dans notre région, elle est l’instrument le plus répandu avec 4 000 talabarders (joueurs de bombarde). De grands interprètes ont porté sa pratique : de Matilin an Dall (1789-1859), en passant par Jean-Claude Jegat (1941-1981), jusqu'au jeune virtuose Ronan Le Gourriec. Trois figures qui correspondent à trois phases musicales.

Quant à la méthode en elle-même, l'auteur l'introduit ainsi : "C’est dur !" Un avertissement a priori décourageant, mais l’auteur n’exprime là que son sentiment après un long parcours d’apprentissage. Petit bonus : vous trouverez en fin d'ouvrage une liste des lieux où l’on peut apprendre la bombarde.

La bombarde, j’adore !!!
Pascal Rode
Kedun Éditions
Ergué-Gabéric, 22 juillet 2020
ISBN 978-2-9571900-1-0
12 euros