Nous avons 20 invités en ligne
 
Association Arkae
3 rue de Kerdévot
29500 Ergué-Gabéric
02 98 66 65 99
 

Guerre 39-45. Les morts pour la France

ERGUE-GABERIC DANS LA GUERRE 1939 – 1945

 

23 "MORTS POUR LA FRANCE"?

Nous savons que pour une commune comme Ergué-Gabéric, le nombre de soldats et civils décédés pour faits de guerre à l'occasion de la Deuxième Guerre Mondiale est bien moins important que celui des victimes de la Première Guerre Mondiale. 
Nous avons voulu en établir une liste, sans doute incomplète, à partir des noms figurant au Monument aux Morts, des mentions portées au Registre des décès de la commune ou d'autres sources encore. Ce n'est pas une liste fermée : elle demande à se compléter.
Le lien avec la commune peut varier (né ou non à Ergué, habitant ou non à Ergué à la mobilisation, inhumé ou non à Ergué…), ce qui donne des listes différentes. Nous optons plutôt pour une liste large.
Ce qui nous importe, c'est, au-delà d'informations de type administratif un peu froides, de pouvoir dire un peu dans quelles circonstances chacun de ces jeunes hommes a vécu son drame. Il n'est que justice que cela se sache, à cause du respect que nous leur devons.
 

6 soldats morts à l'occasion ou à la suite des combats de 1940

  • Corentin Youinou, de l'Hôtel, décédé le 11 mai 1940 à Rombas (une dizaine de kilomètres au N.O. de Metz). Il était soldat de 2ème classe et appartenait à un escadron motorisé (22ème GRCA). Il avait 30 ans (né le 26 novembre 1909).
  • Jean Lazou, instituteur à Lestonan. Capitaine au 337ème Régiment d'Infanterie. décédé le 15 mai 1940 à Moncornet dans l'Aisne, à 32 km au N.O. de Laon. Il aurait été tué en tentant de ramener dans les lignes françaises un soldat blessé. Il allait avoir 45 ans (né le 29 juillet 1895 à Plougasnou). Son épouse poursuivra son travail d'institutrice à Lestonan, après avoir subi un long emprisonnement pour faits de résistance.
  • Jérôme Daoudal, de Troland, décédé le 23 mai 1940 à Blessy, dans le Pas-de-Calais (près d'Aire). Il avait 25 ans (né le 4 janvier 1914) et était soldat au 48ème Régiment d'infanterie (mobilisé à Landerneau). Célibataire.
  • Auguste Tanguy. Né à Kerfeunteun le 28 janvier 1910. Ses grands-parents ont habité près du Moulin de Pont-Marc'had. Sa famille était avant la guerre au Castel. Lui-même et son épouse (Catherine Bernard, née à Ergué-Gaberic, fille de Mathias et de Chan Louët) habitaient Ty Névez Meil Pennarun (en Ergué-Armel). Soldat de 1ère classe au 21ème Bataillon du 23ème Régiment d'Infanterie Coloniale, il est décédé "accidentellement" à l'âge de 30 ans le 8 juin 1940 à Fouchères, dans l'Aube, où il a d'abord  été inhumé. Puis son corps a été transféré au cimetière national de la Ferme de SUIPPES, dans la Marne, où il se trouve toujours.
  • François Gourmelen, de Kervéguen, décédé le 24 octobre 1940 à l'Hôpital de Roquefraîche, à Lauris, dans le Vaucluse. Il avait 24 ans (né le 25 mars 1916). Soldat de 2ème classe au 22ème RIC. Célibataire. Il avait été victime d'une pneumonie au cours des combats précédant la signature de l'armistice. Replié dans le sud de la France pour être soigné, il y est mort en octobre des suites de sa maladie.
  • Hervé Laurent, de Lestonan, papetier, né à Ergué-Armel le 20 mai 1911, décédé à son domicile à Ker-Anna le 20 mars 1941  Lors de l'encerclement des Troupes Françaises à Dunkerque, il fut naufragé en tentant de rejoindre l'Angleterre. Il aurait contracté une tuberculose, dont il mourut après avoir été rapatrié.
 
2 combattants morts en 1943 hors de France
  • Hervé Peron, de Stang Ven, décédé le 11 septembre 1943 à l'Hôpital Principal de Dakar (Sénégal). Il était soldat de 1ère classe au 7ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais. 25 ans.
  • Eugène Laurent, du bourg, décédé dans un accident d'aviation à Rayack, au Liban, le 13 octobre 1943. Il était adjudant au groupe de bombardement n° 9 "Bretagne", dans une fonction de mécanicien-avion navigant. Il est inhumé au cimetière français de Rayack. Il avait 27 ans (né le 5 avril 1916). Célibataire.
 
3 civils morts en 1944
  • François Louet, de Lestonan, né à Langolen le 15 juillet 1896 (donc près de 47 ans). Déclaré au registre des décès comme décédé à  la gare de Quimper le 1er juin 1944. En réalité, il est mort sur le territoire de la commune de Quéméneven. Le 1er juin, François Louët, qui était employé dans une entreprise de travaux publics de Quimper, rentrait dans un train de voyageurs avec ses collègues de travail d'un chantier de remise en état, aux environs de Pont-de-Buis, pour lequel son entreprise avait été réquisitionnée par les Allemands. Le train a été pris en enfilade par un mitraillage de la R.A.F. (aviation anglaise) à la sortie de Chateaulin, en direction de Quéméneven; il a été immobilisé, mais la locomotive a pu repartir et conduire les wagons jusqu'en gare de Quimper, où le décès de François Louët a été constaté. Ce fut le seul décès.
  • Jacques Le Mouel, né le 24 juillet 1924 à Lorient. Célibataire. Domicilié au Bourg. Décédé à l'Hôpital de Quimper (3, rue de l'Hospice) le 26 juin 1944, à 14 heures. Il n'avait donc pas 20 ans. Le recteur Gustave Guéguen mentionne dans son Journal à la date du dimanche 25 juin 1944 : "Un jeune réfugié de Lorient Jacques Le Mouël a été affreusement blessé par une grenade au Ruillen à quelques mètres plus bas que la maison André sur la route de Squividan. Diverses versions : il s'amusait avec cette grenade avec d'autres compagnons comme avec une balle… Il a voulu éviter que des jeunes enfants la touchent ??? En fait il a eu la main emportée, les poumons perforés. Transporté à l'hôpital, on lui a amputé la main sans l'endormir ; il est mort lundi à 13 heures et a été enterré le surlendemain".
  • Jean-Louis Le Meur, agriculteur à Kervernic. Décédé le 8 Aout 1944, avenue de Kergoat-al-lez, à Quimper. Il était né à La Forêt-Fouesnant le 24 mai 1907 et avait donc 37 ans. Epoux de Marie Françoise Gourmelen et père d'une petite fille de 8 ans. Il a été tué le 8 Août 1944 comme otage par les Allemands qui cherchaient à se replier à partir de Concarneau et avaient à traverser Quimper déjà occupée par la Résistance. Il était allé à vélo à Ty-Bos dans sa parenté demander un coup de main pour la moisson  Il a été pris pour être placé devant le convoi allemand, de façon à pouvoir être abattu par eux à la moindre manifestation d' hostilité rencontrée. C'est ce qui arriva au niveau de Kergoat-al-Lez.
 
1 soldat de la France Libre mort après le Débarquement de Normandie en 1944.
  • Jean Berri, (figure sur le Monument aux morts, mais pas au Registre des décès d'Ergué-Gabéric). Né le 24 mars 1921 à Quimperlé. Etudes de technicien à l'Ecole Bréguet, à Paris, qu'il quitte en février 1943 pour entrer clandestinement en Espagne. Interné à Gijon. Rejoint le Portugal mi-juillet, s'embarque pour Casablanca où il est affecté à une compagnie d'instruction pendant quelques mois. Rejoint ensuite l'Angleterre. Participe au Débarquement en Normandie. Tué à Ducey le 7 Août 1944, dans la percée d'Avranches, aux commandes d'un char.
 
3 résistants meurent en 1944 et 1945.
  • François Bales, boulanger au bourg, tombé le 29 août 1944 dans les combats du Ménez-Hom (Côte 163, commune de Plomodiern). Il était né le 25 mars 1921 et avait donc 23 ans. Engagé dès 1942 dans le réseau "Georges-France" dirigé localement par Madame Le Bail, puis dans le Mouvement "Libération-Nord", c'est lui qui a constitué et dirigé le groupe de 4 jeunes d'Ergué (Jean Le Corre, Hervé Bénéat et Pierre Le Moigne et lui-même) qui ont participé au cambriolage des bureaux du S.T.O. le 14 janvier 1944 à Quimper, puis à la destruction par le feu, dans son fournil au bourg, des dossiers des jeunes finistériens désignés pour le travail obligatoire en Allemagne. Recherché par la Gestapo, il dut se cacher pendant 6 mois jusqu'à la Libération de Quimper. Il participa notamment aux combats de la Route de Brest comme soldat au Corps Franc du commandement des FFI de Quimper.
  • Yves Benoit, appelé Yvon, tué moins d'une semaine après François Balès, à Telgruc, le 3 septembre 1944, à l'occasion du bombardement par l'Aviation alliée, du bourg de Telgruc que celle-ci croyait encore occupé par les Allemands. Yvon avait 23 ans et demi. Né à Landudal le 20 janvier 1921. Commis de ferme employé et domicilié à Kervoréden, (sa mère, qui était veuve, habitait à Ty-Névez Kernaon). Il était soldat des Forces Françaises de l'Intérieur et participait aux combats autour de la presqu'île de Crozon.
  • Hervé Beneat était né le 4 septembre 1923 et était le plus jeune des 4 participants gabéricois au "coup" du S.T.O. Il était élève-maître au lycée de la Tour d'Auvergne. Orphelin de père et de mère, il avait habité à la Croix Saint André jusqu'au décès de sa grand'mère. Puis il était alors venu habiter au bourg, chez son demi-frère Jean-Louis Thomas. Arrêté dès le 17 janvier 1944, il est déporté et arrive au camp de concentration de Neuengamme le 31 juillet suivant. Il atteindra l'extrême limite de ses forces le 24 avril 1945, au kommando détaché à Wöbbelin. Jean Le Corre, présent avec lui à Neuengamme, l'a vu pour la dernière fois fin février 1945 alors que lui-même partait pour le kommando de Soest. Le matin du 24 avril, Jean Boissel l'avait vu à Wöbbelin, incapable de se lever et d'aller au travail. Le soir, il était mort.
 
1 prisonnier de guerre meurt en captivité en Allemagne en janvier 1945
  • Alain Le Grand, de Kerroué, né le 23 février 1920, dernier d'une famille de 12 enfants, mobilisé à Vannes comme soldat au 35ème Régiment d'Artillerie. Fait prisonnier avant même d'avoir reçu son paquetage. A souffert de privations lors de son transfert en Allemagne. Placé dans une ferme pour y travailler. A contracté une furonculose qui n'a pas été soignée. Est mort à Helmstadt (Allemagne) le 14 janvier 1945. D'abord enterré dans le caveau familial des fermiers allemands. Corps rapatrié  par la suite au cimetière d'Ergué-Gabéric.
 
1 autre décès en mer (avril 1945) :
  • Michel Le Cam, domicilié au bas du Bourg avant son embarquement. Il est décédé le 2 avril 1945 à bord du vapeur "Paul de Rousiers", armé à Oran. Il était né le 7 novembre 1917 à Ergué-Gabéric. Il était second-maître armurier.
 
Enfin 4 blessés, qui décéderont à leur domicile des suites de leurs blessures :
  • Sébastien Gouez, (ou Le Gouez) est décédé le 16 juillet 1947 à son domicile de Pen ar Hoat, selon le Registre des actes de décès d'Ergué-Gabéric,
  • Bastien était commis dans une des deux fermes de Kerfrès. Le 17 juin 1944, à 6 heures du matin, un groupe de 5/6 miliciens investit la ferme. Ils ont sans doute été informés qu'un groupe de maquisards s'est installé dans ce village. Il est exact que des jeunes du Clan des Eclaireurs y ont un repaire. En fait ils n'y sont pas ce matin. Les Miliciens ne remarqueront même pas de traces de leur installation dans un penty situé un peu à l'écart. Ils s'acharneront sur le commis Bastien, qui a 22 ans, qu'ils traîneront avec eux pour aller jusqu'à Kerleur. Ils cherchent à obtenir de lui quelque renseignement. En fait, c'est tout le secteur de Quélennec qui est encerclé ce jour. Bastien sera abandonné dans une lande près de Pont Allen, où il sera retrouvé plus tard. Il sera soigné tant bien que mal. Le fait est qu'il va décéder d'un cancer des testicules, près de 3 ans plus tard. Bastien Gouez n'est pas reconnu "Mort pour la France" et son nom ne figure pas au Monument aux Morts d'Ergué-Gabéric.
  • Jean-Louis Binos, décédé à son domicile à Stang Ven le 27 mai 1945. Né à Ergué-Gabéric le 30 avril 1920. Célibataire. Jean-Louis BINOS était soldat  des F.F.I., et participait avec Yvon Benoit aux combats de la presqu'île de Crozon. Il avait été blessé sous le bombardement allié de Telgruc le 3 septembre 1944. Il est donc décédé près de 9 mois après.
  • Jean Conan, cultivateur à Ménez Locqueltas, né à Ergué-Gabéric le 11 février 1908 à Ergué-Gabéric, époux d'Anne Marie Hemery et décédé à 37 ans, le 29 juillet 1945.
  • Alain Hascoët, "réformé", décédé à son domicile à Ménez Kervéady le 17 décembre 1945. Il était né à Ergué-Gabéric le 30 avril 1913. Célibataire. Le registre des décès d'Ergué-Gabéric (1945, n° 36) porte en marge la mention "Mort pour la France", alors que son nom ne figure pas sur le Monument aux Morts.
 
Toutes ces victimes sont portées au Registre des Décès d'Ergué-Gabéric, sauf Jean Berri et Auguste Tanguy.
 
Figurent en outre sur le Monument aux Morts d'Ergué :
Joseph Barré, de Minic, (près de Pors-Cleut / Troland).
Pierre Tanneau, de Menez Kervéady,
pour lesquels nous manquons d'informations.
 
 
François Ac'h - Sources : « Keleier Arkae, n° 38 et 40 mars et septembre 2005